"Un livre doit être la hâche..."

Publié le par nw

"Un livre doit être la hâche qui brise en nous la mer gelée" Kafka

    Je pense que cette phrase est celle  à  retenir de l'atelier. Enfin pour moi. C'était une matinée vraiment enrichissante. Avant de venir, j'avais des idées vagues sur l'étranger, desidées plutôt arretées, et ce dans  une solution de facilité. C'est pourquoi en arrivant, je me demandais un peu pourquoi j'étais venue, puisque "l'étranger, ça ne me concerne pas vraiment"...
    Mais j'ai bien vite changé d'avis. Toutes les discussions en petits groupes ont été très enrichissantes, même si parfois nous déviions du sujet... Je me suis rendue compte que nous ne voyions  pas tous l'étranger de la même manière, de par notre vécu, nos lectures, peut-être... Chacun apportait quelque chose au groupe. Et ainsi, de discussions en discussions, je me suis rendue compte que  l'étranger cela pouvait être moi aussi .
    Et enfin, ce qui m'a le plus étonnée, c'est quand il a fallu dessiner ce à quoi ressemblait pour nous l'étranger. Facile...(je précise que le ton est ironique). Mais quand par groupe nous avons commenté les dessins des autres, c'est vraiment à ce moment là que je me suis rendue compte que l'étranger  était une notion différente d'une personne à l'autre. Mon dessin ? Une silhouette indistincte contenant un point d'interrogation et parlant en "hyéroglyphes"... Voilà à quoi ressemble un étranger pour moi : une personne que l'on ne connait pas et surtout que l'on ne comprends pas (ou plutôt que l'on ne peut pas comprendre). Mais les deux autres personnes de mon groupe m'ont présenté des dessins bien différents : un homme sans attache sur une route sans fin avec pour seul bagage une valise ; et sinon, un homme que l'on enferme car il risque de "modifier l'ordre normal des choses."
    Pour finir, je citerai un proverbe touareg : " Que celui réside fasse en sorte que celui qui passe ne le mésestime pas."

Maëlle

Publié dans chronique des lycéens

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article