Catherine Redelsperger - parcours

Catherine Redelsperger
68, avenue Ledru Rollin
75012 PARIS

Née en 1964, à Strasbourg, vit à Paris.

 

Formation

 En lettres classiques (baccalauréat - 1982)

 En théologie protestante (Diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisées – 1987)

Spécialisation en philosophie : Paul Ricoeur / Temps et Récit,
sur les problématiques de la rencontre du texte et du lecteur.

  En sciences de l’éducation (Diplôme d’Etudes Approfondies - 1988) et en gestion d’entreprise (Diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisées - 1989)

  Ecritures

  « Dayly, Texas » Roman, Hachette Littérature, Collection dirigée par Michel Bulteau, publication 14 mars 2007.

« Le Sauvage » Théâtre, Création le 1er avril 2008 par la Compagnie Nie Wiem à Langres.

   Editrice

 Création en 1997, à Strasbourg des éditions Domanova consacrée à la publication de l’œuvre de Michel Dorsday. En 2005, vente de la maison d’édition.

Economie

 Création en 1992, à Strasbourg du Conseil Catherine Redelsperger, spécialisé dans le management. À titre d’exemple de clients : France 2 – M6 - Adidas – Mac Donald’s – La Banque Populaire – La Mondiale – Kimberly Clark – Champagne P&C Heidsieck – Atos Wordline.

 

Musique :

 Contrebassiste de Jazz amateur du Leroy’s trio

Contrebassiste, violoniste d’un duo d’improvisation : voix et  instruments
En Projets
 Cinéma :  Court métrage : Kate travaille du Chapeau, Tournage en 2008
Production Auguste et Blanche

          Long -  métrage : La nuit du berger, film sur le fondamentalisme religieux.


Roman :  L’enfant dans la ville de pierres

 Théâtre : Dream Machine une tragi - comédie sur un comité de direction
d’une entreprise commercialisant des machines à rêves.



 "Au commencement d'un livre" par  Patricia  Rohner-Hégé


Pourquoi décide-t-on, un jour, d'écrire un roman, qui plus est un thriller ? Rencontre avec Catherine Redelsperger, théologienne protestante de formation, auteur de Dayly, Texas.


"Bereshit" : " Au commencement "... Au commencement, très tôt dans la vie de Catherine Redelsperger, il y a la lecture. Et l'on sait que tout écrivain se forme et se nourrit de lecture. Catherine enfant, en effet, lmit tout ce qui lui tombe sous la main. Pour sa confirmation , elle demande à sa marraine de lui offrir un nouveau testament en grec. Les études à la faculté de théologie protestante de Strasbourg ne sont pas bien loin. La voilà qui se passionne pour les récits de l'ancien testament, les mythes, le langage, la philosophie : "J'adore, dans la Bible, ce fatras de styles littéraires. Les récits historiques côtoient la poésie, le chant, les chroniques..." Elle oriente son mémoire de maîtrise sur l'acte de lecture  : que se passe-t-il  dans la  rencontre entre un auteur, un texte et un lecteur ? Comment se fait-il qu'un livre puisse aider à vivre et à se construire ?

Aujourd'hui, après des études complémentaires en sciences de l'éducation et en gestion d'entreprise, Catherine habite à Paris et est consultante en management  pour de grandes entreprises comme Adidas ou France 2. Elle y accompagne des cadres, des ingénieurs, des dirigeants et travaille avec eux, entre autres, la question du sens de la vie. La théologie, la philosophie et la psychologie, elle revient donc sans cesse : "il m'arrive fréquemment d'utiliser le texte biblique pour aborder les questions de la culpabilité, du rapport au temps ou de notre difficulté à séparer et ordonner les choses, par exemple..."
Parallélement, Catherine continue à beaucoup lire et pas seulement  sur la sociologie des entreprises. Elle fait le projet de rédiger un essai sur l'éthique du désir en trois parties, dont une serait constituée de récits.
Ses deux interlocuteurs privilégiés, le talmudiste Marc-Alain Ouaknin et le philosophe Jean Frère, l'encouragent.
En lisant les premiers textes narratifs de Catherine, ils sont unanimes : "Ce sont des romans qu'il vous faut écrire !"
Catherine se lance. La préparation de Dayly, Texas lui prend une bonne année. Elle travaille en amont les question théoriques de filiation, de clonage, de droit international...
Le résultat : un livre un peu hybride dont le charme réside justement dans ce mélange des genres. Dans ce polar psycho-philosophique on croise Sam Rosenfeld, cadre supérieur d'une grosse multinationale qui se cherche et se heurte à la figure de son père ; Alice, une jeune scientifique qui se déplace en trottinette et qui cache bien son jeu ; Vincent, le frère d'Alice, un journaliste enquêteur qui ne craint pas de mettre les pieds dans le plat.
"Un roman, c'est comme une auberge espagnole, dit encore Catherine Redelsperger, chacun vient avec des victuailles à partager. C'est une affaire de rencontre, et pas de savoir à absorber ou d'idées à critiquer. Un roman, c'est avant tout une expérience à vivre en lisant. "
"Bereshit" : "au commencement"... C'est parce qu'il tombe sur ce mùot hébreu sculpté dans du bois que Sam, l'un des personnages principaux du livre de Catherine Redelsperger, commence un itinéraire intérieur qui va transformer sa vie. Catherine n'est pas un de ses auteurs de romans noirs qui désespèrent de la nature humaine. Au contraire. On sent chez elle une espérance ancrée au plus profond, nourrie par son éducation, son expérience de la vie et le texte biblique des origines.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :